Le contexte applicatif de ce cours est la télédétection. Le programme consiste à présenter cette problématique, puis à analyser  différentes applications liées à cette technique. Pour cet enseignement, les séances de cours et de travaux pratique s'enchainent afin que les élèves puissent se former à l'analyse de données. Des séminaires avec des intervenants extérieurs venant de grands organismes et de grandes entreprises du secteur sont organisés afin de favoriser aussi l’ouverture vers des applications et des métiers.


Poursuivre la formation en mécanique des milieux continus en insistant sur les mouvements et les phénomènes dynamiques.

Dynamique, vibrations, acoustique

Sur la base d’une série de Travaux Pratiques et d’un cours fondamental réduit à l’essentiel, on présente et on modélise un certain nombre de phénomènes dynamiques, de nature vibratoire ou acoustique, qui se manifestent dans les milieux solides ou fluides. On illustre comment les ingénieurs les utilisent pour la conception, l’optimisation, la surveillance ou la maintenance des systèmes mécaniques industriels.

Initiation à la turbulence en mécanique des fluides

Poser les bases théoriques qui permettent d’analyser et de modéliser les phénomènes spécifiques associés aux écoulements turbulents. Faire prendre conscience aux élèves que dans la nature et l’industrie les écoulements sont essentiellement turbulents, et que traiter ces écoulements requiert des compétences et des outils (à la fois analytiques et de modélisation) spécifiques qui sont très différents de ceux utilisés pour les écoulements laminaires (présentés en 1re année).


Présenter les principes physiques mis en jeu dans les matériaux semi-conducteurs cristallins et non cristallins (amorphes, verres, polymères). Décrire leurs propriétés électriques et optiques. Décrire les applications en électronique et photonique et en montrer la diversité : domaines des communications, réseaux, de l’imagerie, de l’instrumentation scientifique et médicale, de l’énergie.


L’évolution de la microélectronique a permis notamment grâce au concept de « VLSI (Very Large Scale Integration) » intégrant plusieurs milliers de portes sur un même substrat et à la maturité de la technologie MOS caractérisée par sa faible consommation de regrouper une unité centrale d’ordinateur dans un seul circuit intégré appelé « microprocesseur ».

Grâce aux progrès de l’intégration, l’augmentation des performances a porté sur la vitesse de fonctionnement, la largeur des mots traités (8, 16, 32, 64 bits), le nombre et la complexité des opérations réalisables. L’intégration a également permis de rassembler le microprocesseur et les éléments associés (mémoire, organes d’entrée-sortie,...) au sein d’un seul circuit appelé « microcontrôleur ». Ce type de composant s’est répandu et spécialisé dans un très grand nombre de domaines (télécommunications, télévision, électroménager, hifi...).

L’objectif de ce cours est de présenter les notions de base nécessaires à la compréhension des microprocesseurs, et leur intégration dans des systèmes concrets.

L'enseignement sera basé sur des projets. Construire un petit prototype par groupe à base de microprocesseur,  qui servira de cas d'école pour expliquer les architectures et fonctionnalités de microcontroleurs. 



Les fondements, concepts et appareillages associés aux quatre outils sélectionnés seront présentés. L’intérêt de chacun de ces outils sera illustré au travers d’exemples concrets. Les installations du Spectropôle (Faculté des Sciences de Saint- Jérôme) seront visitées de façon à permettre aux élèves de se représenter de manière réaliste tant des appareillages que de la façon dont ils sont utilisés. Enfin les compétences acquises par les élèves seront mises à l’épreuve au travers de mini- projets au cours desquels ils seront amenés à devoir analyser et comprendre finement une démarche d’investigation liée à l’un des outils présenté.